PUBLICITÉ

Rajeunir la peau grâce au potentiel des enzymes

3 octobre 2016 - Par Gilles Levasseur

« La nature ne respecte pas ce que l’on fait sans elle », répète, tel un mantra, François de Courval en citant le philosophe anglais Francis Bacon. Le fondateur de l’institut qui porte son nom est donc convaincu qu’il faut agir en accord avec ses lois pour que s’exprime tout le potentiel de régénérescence associé à chaque processus vital, notamment ceux de la peau. Depuis près de 35 ans déjà, ce passionné des principes de vie applique avec succès sa célèbre formule enzymatique qui a fait sa renommée.

L’accumulation de radicaux libres et de déchets du métabolisme constitue l’une des principales causes du vieillissement de la peau. En effet, celle-ci se régénère de moins en moins, surtout lorsqu’on l’enduit de moult crèmes engourdissant ses fonctions naturelles. La méthode aux enzymes Bioval stimule la peau, décuple sa capacité à se réparer, à s’embellir, à se reconstruire. Au fil des traitements, elle se renforce et retrouve sa capacité, non seulement à se protéger, mais aussi à s’autotraiter.

« Notre formule contient des enzymes qui digèrent des centaines de milliers de fois leur poids sans perdre leurs propriétés, explique François de Courval. Le glutathion peroxydase digère notamment les cellules en apoptose (mort programmée), épurant ainsi la peau et lui permettant de reprendre 
ses droits sur son potentiel de vie, renversant le processus de vieillissement et estompant même les cicatrices ! L’un des principes actifs est une enzyme multicatalytique s’apparentant à l’ODCase, l’enzyme la plus fulgurante connue à ce jour et qui possède un vaste rayon d’action dans tout l’organisme. Progressifs, les résultats sont aussi étonnants que durables, comme des milliers de clientes l’ont expérimenté avec satisfaction depuis le début de cette belle aventure. » 

L’efficacité de la méthode Bioval, François de Courval l’affiche concrètement, car à 87 ans, la peau de son visage est étonnamment jeune, même qu’une récente perte de poids n’a occasionné aucun affaissement musculaire et cutané.

François de Courval (Photo : Francis Fontaine)


Des résultats dans les maladies auto-immunes

Si la formule Bioval a vite fait ses rajeunissantes preuves en application externe, François de Courval a constaté avec étonnement au fil de sa pratique qu’en usage interne, elle avait des effets inattendus sur des personnes atteintes de maladies auto-immunes diverses. Tout a commencé lorsqu’une femme atteinte depuis 24 ans de lupus érythémateux a vu, en quelques semaines, disparaître ses plaies, qui n’ont pas resurgi depuis. Des résultats très intéressants ont aussi été obtenus dans des cas de diverticulite, sclérose en plaques, fibromyalgie et nécrobiose lipoïdique. Entre autres exemples, une dame atteinte de sclérodermie a vu son cycle menstruel, irrégulier depuis l’adolescence, retrouver en trois mois son rythme normal. « Il m’est apparu logique, raconte M. de Courval, que les effets bénéfiques de ma formule sur la physiologie de la peau — le plus important organe — puissent aussi se faire sentir ailleurs dans l’organisme. J’ai nombre de fois observé que le corps semblait se reconnecter à sa mémoire génétique. » 

L’accumulation de radicaux libres et de déchets du métabolisme constitue l’une des principales causes du vieillissement de la peau.

Les enzymes, ferments de vie

Récemment, des chercheurs ont confirmé que les enzymes servent à réparer naturellement l’ADN et à réactiver des gènes inactifs, découverte qui leur a valu un prix Nobel ainsi qu'une prime de trois millions de dollars, validant ainsi scientifiquement l’une de ses hypothèses, affirme François de Courval. Le dermoesthéticien rappelle aussi qu’en 2015, une équipe de chercheurs de l’université de Nottingham, en Angleterre, a réalisé à partir de la recette retrouvée dans un vieux grimoire remontant à mille ans, une potion composée de deux espèces d’ail, de cuivre, de vin ainsi que de bile de vache. Ils ont constaté avec surprise que le mélange détruisait à 99,9 % les bactéries du staphylocoque doré résistant aux antibiotiques. « Quand on examine les ingrédients, on se rend compte qu’ils s’apparentent à ma formule enzymatique, se réjouit-il. Je suis convaincu que nous ne sommes pas au bout de nos surprises à propos du rôle essentiel que jouent les enzymes dans la santé, la beauté et la longévité. Ne sont-elles pas des ferments de vie ? »


En 2015, TRADEMARK Who’s Who a sélectionné François de Courval pour son excellence comme dermo-esthéticien et, par le fait même, l’a admis dans sa prestigieuse organisation.
Diplômé à titre d’esthéticien et visagiste de la Faculté des soins d’esthétique de paris (1962) ainsi que de l’Association professionnelle d’esthétique du Québec (1968), François de Courval s’est joint, en 2015, à la prestigieuse liste des membres actifs de l’organisation Who’s Who. Celle-ci rend hommage aux personnes qui, partout dans le monde, font preuve de dépassement en sortant des sentiers battus dans leur domaine d’activité. Sans oublier ses nombreuses distinctions Choix du Consommateur.

 


Institut François de Courval


 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X
Crypto Solutions платит

здесь