PUBLICITÉ

Petite note sur la production européenne de vins

7 mai 2014 - Par Jean-Sébastien Delisle

J’arrive à peine de la France et de l’Italie, chez les copains vignerons et dans les grands salons de dégustation. Si la qualité des vins m’a séduit, je ne m’attendais pas au son de cloche assez alarmant que m’ont donné une grande majorité de producteurs.

On le sait, les récoltes 2011-2012-2013 ont été faibles dans l’ensemble. La qualité semble au rendez-vous (surtout pour 2011-2012), mais étant donné les faibles productions, des conséquences sont déjà observables.

Primo, les vins sont déjà pour la plupart vendus. Les vignerons ont déjà pour la plupart écoulé leurs 2012 et n’ont toujours pas embouteillé 2013.

Secundo, les prix ont grimpé à cause du « manque de jus »… La force de l’euro comparativement à notre dollar entrainera une substantielle majoration des prix.

Tertio, ce qui est le plus grave à mon avis, c’est que la vigne a démarré son cycle végétatif en trombe cette année, si bien que les feuilles étaient déjà sorties à Bordeaux au début d’avril. Bien avant que les derniers gels, craints jusqu’en mai, ne soient passés.

Plusieurs m’ont confié à cet effet que si le millésime 2014 présentait encore autant de difficultés, comme par exemple un gel tardif de mai qui tuerait les bourgeons et les feuilles, qu’ils seraient peut-être dans l’obligation de « déposer le bilan », c’est-à-dire de fermer boutique. Cela secouerait le monde du vin d’une manière permanente et désastreuse.

Souhaitons-leur du beau temps !

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X
adulttorrent.org/details/maragon_quest_ver_1_1

adulttorrent.org/search/mandy majestic

www.optiontradingstrategies.net