PUBLICITÉ

Médecins et patients pédalent à nouveau ensemble - Témoignage de Jonathan Bernard

14 août 2017 - Par - Magazine PRESTIGE -

Le 10 septembre prochain aura lieu le Cyclo-Défi au profit de la Fondation IUCPQ. Pour une septième année d’affilée, des médecins rouleront en compagnie de leurs patients afin de les accompagner et de les soutenir dans ce grand défi sportif.

Voici le troisième témoignage de la série :

Jonathan Bernard

N’eût été d’une évaluation de santé pour devenir policier à l’âge de 27 ans, je ne serais peut-être aujourd’hui qu’une statistique. Vous savez l’un de ces jeunes, qui s’affaisse au beau milieu d’une compétition. Le genre d’histoire dont on entend trop souvent parler aux nouvelles.

À l’époque, je faisais de la compétition de ski de fond. Disons que je n’étais pas Alex Harvey, mais je n’hésitais pas à mettre la pédale au fond, sans savoir à quels dangers je m’exposais. « Dans votre condition, je ne participerais pas au Grand défi Pierre Lavoie », m’a lancé le médecin qui m’a appris que je souffrais d’un Wolff-Parkinson-White. Cela m’a drôlement attristé, car j’étais sur le point de prendre la route en direction de La Baie au Saguenay afin de participer à l’événement. Sans trop savoir la signification de ce diagnostic, j’ai décidé d’accompagner mes coéquipiers, en étant toutefois résigné à seulement les encourager. Est-ce le destin, ou simplement une drôle de coïncidence ?, mais en arrivant, notre VR était à deux pas de celui de l’Institut de cardiologie de Montréal. « Est-ce qu’il y a un cardiologue dans la salle ? », ai-je lancé en faisant irruption dans leur VR. Quatre mains se sont levées... J’ai tendu mon électrocardiogramme, et une des cardiologues l’a regardé avant de gribouiller un cœur à l’endos. Elle m’a expliqué que j’avais un espèce de court-circuit, et qu’en poussant trop la machine, je risquais d’être en fibrillation ventriculaire, et peut-être même d’y rester.Sous certaines recommandations, elle m’a permis de prendre part au 1000 km, et m’a rapidement dirigé vers l’équipe de l’IUCPQ.

Peu de temps après, je rencontrais la Dre Isabelle Nault. Je me souviens encore très bien de son regard. Vous savez ce genre de regard d’étonnement, qui semblait dire... « Mon vieux, tu es chanceux d’être encore en vie ! » C’est à ce moment qu’elle m’a expliqué que le sport que je pratiquais, soit le ski de fond, était l’un des sports de compétition les plus risqués dans ma situation.

Il aura fallu deux interventions pour procéder à l’ablation complète du faisceau accessoire anormal qui était à l’origine de ma condition.

Non, je ne suis pas devenu policier, ni même fondeur de l’équipe nationale, je suis reporter au FM93, mais également un amoureux du vélo...

Maintenant lorsque je pratique un sport, disons que je pars l’esprit plus en paix, et j’ai appris à lever le pied un peu.

L’Institut m’a donné une deuxième vie, c’est pourquoi je roulerai pour la cause le 10 septembre prochain dans le cadre du Cyclo-Défi IUCPQ, aux côtés de ma cardiologue, Dre Isabelle Nault. L’histoire entre l’Institut et moi en est une de cœur et il est important de donner à la Fondation IUCPQ afin de soutenir d’autres personnes telles que moi.
- Jonathan Bernard

(Source et crédit photo :Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec)

Pour encourager Jonathan et toute l’équipe FM93 dans leur collecte de fonds : jedonneenligne.org

Pour plus d’informations :

PUBLICITÉ
X
seo киев

обращайтесь