PUBLICITÉ

LAS VEGAS, ville d’illusion et d’hyperconsommation

1er septembre 2011 - Par Nancy Ricard, designer d’intérieur, Un Fauteuil Pour Deux

Après trois années d’absence, me voilà de retour à Las Vegas ; une ville unique, conçue de toutes pièces par l’homme au beau milieu du désert ; une ville construite pour divertir, avec ses casinos, ses restaurants, ses boîtes de nuit branchées et ses hôtels dont la beauté est à couper le souffle. Et aussi, bien entendu, une ville où le raffinement et le luxe inspirent les designers.

Sitôt descendue de l’avion, j’entends le bruit des machines à sous. Les gamblers ne peuvent attendre une seconde de plus pour y insérer leur argent, tandis que les adeptes modérés patienteront jusqu’à leur hôtel. Pour ma part, l’industrie du casino ne pourra compter sur ma contribution ; je « miserai » plutôt sur les boutiques de vêtements.

Tandis que j’attends mes bagages, tout autour de moi, les murs sont animés par des annonces de spectacles, des publicités de jolies filles et de magasinage. Une fois de plus, j’entre dans le monde de l’hyperconsommation. Toute cette effervescence me stimule et tous mes sens sont prêts pour une bonne dose d’adrénaline. Une fois mes bagages en mains, je saute dans un taxi. Enfin, j’y suis : la Strip ! Le paradis de l’éclairage, du néon et de la DEL. Nous sommes en pleine nuit, mais il fait aussi clair qu’en plein jour. La ville fourmille de gens venus de partout pour vivre la fièvre de Las Vegas.

Hall principal de l’hôtel Cosmopolitan, le dernier construit à Las Vegas.
Hall principal de l’hôtel Cosmopolitan, le dernier construit à Las Vegas.

Ces dernières années, plusieurs hôtels ont vu le jour et d’autres ont disparu. Entre autres, l’hôtel Sahara, l’un des ancêtres de la Strip, a fermé ses portes. Le petit dernier à faire son entrée sur la Strip est le Cosmopolitan, avec sa soixantaine d’étages. Tout y est démesuré. Dans le hall principal se dressent des colonnes lumineuses avec des projections. Tantôt des corps d’hommes et de femmes en mouvement, tantôt des gouttes d’eau en action ou des fleurs en éclosion. C’est le début de l’animation de Vegas.

Le luxe est à son comble au bar Le Chandelier de l’hôtel Cosmopolitan.
Le luxe est à son comble au bar Le Chandelier de l’hôtel Cosmopolitan.

Juste à côté de ce hall, un gigantesque bar, Le Chandelier, nous incite au divertissement. Des draperies en cristal sur quatre étages lui donnent un air de gala. Le luxe est à son comble. Les luminaires composés de voilage, de cristal et de chrome, montés sur rail, sont tous faits sur mesure et sont surdimensionnés. Le traitement des planchers est tout aussi intéressant que celui des plafonds. Le retour du terrazzo est marqué et embelli par l’intégration de miroirs et de bandes d’inox. Ce magnifique revêtement est combiné à des tapis colorés aux motifs floraux ou géométriques, lesquels déterminent des zones entre les casinos, les restaurants et les boutiques.

Sur le plan du design à Las vegas, je remarque que les derniers hôtels construits l’ont été avec des matériaux plus nobles que dans le passé. Les hôtels plus anciens, tels que L’Excalibur, le New York – New York, le Luxor et le Monte Carlo, étaient plutôt faits de faux finis : faux marbre, faux béton, fausse pierre et fausse brique. Tout n’était qu’illusion, que du ’tape-à-l’œil.

Cependant, si les édifices ont amélioré leur apparat, on ne peut en dire autant de ses visiteuses... Je m’explique. Voyager nous donne la possibilité d’analyser les mœurs et coutumes des différents pays. Depuis le fléau des chirurgies plastiques, les Américaines, et même les Asiatiques, sont dangereusement « modifiées ». Du haut de leurs souliers plate-forme, avec lesquels elles ne peuvent pratiquement pas marcher, leur minijupe et leur décolleté plus qu’audacieux, elles semblent avoir perdu le sens du mot élégance. Le grand couturier Yves St-Laurent doit se retourner dans sa tombe ! Je suis choquée par le contraste entre le raffinement des lieux et l’image de la plupart de ces jeunes filles. Je comprends mieux maintenant pourquoi les Québécoises sont considérées comme faisant partie des plus belles femmes du monde ; sans doute est-ce notre côté européen qui refait surface.

Après ce petit aparté, revenons au design… Les hôtels les plus récents, comme l’Aria, le Cosmopolitan, Le Mandarin et Le Crystal, sont de véritables inspirations pour les designers. Les plus grands noms de la haute couture y sont nichés : Gucci, Prada, Chanel, Louis Vuitton, Versace, pour n’en nommer que quelques-uns. Ces précurseurs de la mode le sont aussi pour le design d’intérieur. Faire la visite de ces boutiques est un ravissement pour l’œil et pour l’âme, mais, doit-on l’admettre, un coup dur pour le portefeuille...

Les hôtels les plus récents, comme l’Aria, le Cosmopolitan, Le Mandarin et Le Crystal, sont de véritables inspirations pour les designers. Les plus grands noms de la haute couture y sont nichés : Gucci, Prada, Chanel, Louis Vuitton, Versace, pour n’en nommer que quelques-uns.
Les hôtels les plus récents, comme l’Aria, le Cosmopolitan, Le Mandarin et Le Crystal, sont de véritables inspirations pour les designers. Les plus grands noms de la haute couture y sont nichés : Gucci, Prada, Chanel, Louis Vuitton, Versace, pour n’en nommer que quelques-uns.

Après nous être rincé l’œil à souhait, allons voir ce qui se passe du côté du salon du meuble, le World Market Centre. Ce salon, en plein cœur de Las Vegas, a été mis sur pied à l’été 2005 afin de faire concurrence à celui de la ville de High Point en Caroline de Nord, le plus grand salon de meubles du monde (nous en reparlerons dans ma prochaine chronique). Le salon de Las Vegas reçoit des visiteurs en provenance de 115 pays et certaines salles d’exposition sont ouvertes toute l’année aux consommateurs et aux designers. Il connaît un bon succès, mais certains affirment que le nightlife, les casinos et toutes les attractions auraient une influence négative sur les acheteurs. Le travail et la fête ne font pas toujours bon ménage...

Le World Market Centre, un salon du meuble situé en plein cœur de Las Vegas.
Le World Market Centre, un salon du meuble situé en plein cœur de Las Vegas.

Quoi qu’il en soit, j’ai constaté une nette amélioration de ce salon depuis son ouverture. Tout y est très bien organisé : service de navettes aux 15 minutes vers bon nombre d’hôtels, rafraîchissements et nourriture accessibles ; un groupe de musique est même présent tous les soirs sur le site afin de nous permettre de nous détendre un peu. Les compagnies présentées sont, en très grande majorité, américaines et sont réparties dans trois édifices différents.

Cette année, deux compagnies se sont démarquées. La première, HStudio, est une entreprise de plexiglas fabriqué à Los Angeles. Son style glamour, exubérant et ultramoderne nous transporte dans un univers peu commun. Les meubles et les sculptures en plexiglas se déclinent en différentes couleurs et, du côté du rembourrage, on peut même y ajouter du capitonnage en cristal Swarovski.

Création de HStudio, une entreprise de plexiglas. Le capitonnage est en cristal Swarovski.
Création de HStudio, une entreprise de plexiglas. Le capitonnage est en cristal Swarovski.

La deuxième compagnie, la plus raffinée de toutes, est Christopher Guy. Ce designer né en Grande-Bretagne s’est vu décerner le prestigieux prix du Design Icon Award de Las Vegas en janvier dernier, remis au meilleur designer de son époque. On peut apprécier ses collections dans les plus grands hôtels du monde, dont certains à Las Vegas tels que le Bellagio, le Venetian, le Wynn et le Mandalay Bay. Sa collection de meubles est fabriquée à la main sur l’île de Java. En effet, 1 400 ébénistes sculptent l’acajou pour reproduire les modèles créés par Chistopher Guy. Son travail est inspiré par la femme... On peut retrouver, sur plusieurs chaises, fauteuils, canapés ou tables, des pattes croisées, un peu à l’image du croisement de jambes d’une femme élégante. Les bras de ses meubles sont souvent tout en rondeur et doux comme une peau de pêche. La sophistication et le luxe sont incontestablement au rendez-vous. Ce designer sait fusionner à la perfection le moderne et le classique.

Création du designer britannique Christopher Guy, dont la collection de meubles est fabriquée à la main.
Création du designer britannique Christopher Guy, dont la collection de meubles est fabriquée à la main.

Décidément, le raffinement et la beauté me comblent, m’inspirent et nourrissent ma créativité ! Viva Las Vegas !

PUBLICITÉ
X
как лечить гепатит с

www.best-cooler.reviews/

Был найден мной интересный веб портал про направление защита на двигатель https://karter-kiev.net