PUBLICITÉ

L’auto volante enfin prête à prendre son envol

21 février 2019 - Par Marie-Josée Turcotte

Terrafugia Transition © BV


L’auto volante, on en rêve depuis toujours ! Symbole de liberté pour certains, solution aux problèmes de congestion et aux interminables files d’attente dans les aéroports pour d’autres. Bonne nouvelle : certains projets récents, qui ont franchi l’étape des vols expérimentaux, semblent plus près que jamais de la commercialisation. Sur le tarmac, trois noms occupent les positions de tête : Terrafugia, AeroMobil et PAL-V.

Terrafugia : L’étatsunienne devenue chinoise

Fondée au Massachusetts en 2006 par cinq ingénieurs du MIT, Terrafugia a développé un véhicule biplace appelé Transition, dont les ailes se replient en accordéon contre son fuselage. Ses dimensions conviennent alors à un garage de résidence banlieusarde… mais une piste de plus de 500 mètres est nécessaire pour son décollage. Il est dDoté d’un moteur Rotax de 100 chevaux, et son rayon d’action atteint 644 km. Ce projet a séduit à ce point Geely, premier constructeur chinois, qu’il en a fait l’acquisition en 2017, l’ajoutant à un porte-folio de marques comprenant Volvo Cars et Lotus. Attendus cette année, les premiers modèles pourraient coûter près de 400 000 $ US.


AeroMobil : La libellule à moteur

JPEG - 302.3 ko
AeroMobil 4.0 STOL © BV

L’AeroMobil 4.0 STOL se reconnaît à son allure de libellule et à son habitacle biplace au museau bulbeux. Ses longues ailes, d’une envergure de 8,8 mètres, se rabattent en trois minutes sur ses flancs. Faite de matériaux composites, elle est aussi longue qu’une camionnette Chevrolet Silverado à quatre portes et c’est un moteur à quatre4- cylindres turbo à essence de 300 chevaux qui anime son hélice arrière. Quelques centaines de mètres suffisent au décollage et son autonomie en vol atteint 750 km. Son constructeur slovaque affirme qu’il livrera dès 2020 ses premiers aéronefs, qui seront offerts pour la modique somme de 1,2 à 1,5 million d’euros (de 1,8 à 2,3 millions de dollars).

JPEG - 415.1 ko
JPEG - 601.5 ko

PAL-V

JPEG - 1 Mo
PAL-V Liberty © BV

L’autogire qui se prend pour une auto
Depuis 1999, l’entreprise néerlandaise PAL-V (Personal Air and Land Vehicle) développe la Liberty, une auto volante ayant une cabine biplace en tandem, trois roues escamotables, des pales pliables et un aileron arrière extensible. Elle est aAussi courte qu’une Toyota Yaris. U, un moteur de 100 chevaux lui permet assure d’atteindre 160 km/h sur route, alors qu’un second moteur, de 200 chevaux, entraîne son rotor en vol. Car la PAL-V n’est pas un avion. C’est un autogire dont l’autonomie atteint 500 km. De 5 à 10 minutes suffisent à préparer son décollage, qui nécessite une piste d’au moins 330 mètres. Son prix : de 399 000 $ US à 599 000 $ US.

JPEG - 371.4 ko
JPEG - 489.6 ko
PUBLICITÉ
X