PUBLICITÉ

2016... dans votre assiette

1er mars 2016 - Par Johanne Martin

Plaisir renouvelé ou souci constant, l’alimentation compte au nombre des impératifs de la vie ! Ici comme ailleurs, les modes se succèdent, les nouveautés affluent et les mythes se font persistants. En compagnie de la nutritionniste vedette Isabelle Huot, PRESTIGE vous propose un tour d’horizon de ce que 2016 nous réserve…

Quatre tendances de l’industrie :

- Réduire la teneur en sodium des produits offerts en magasin.

« C’est un véritable enjeu pour l’industrie, qui doit mettre au point des recettes qui plairont malgré tout aux consommateurs. D’un apport quotidien de 3 000 mg, l’objectif à atteindre est fixé à 2 300 mg par jour », précise Isabelle Huot.

Proposer davantage de viandes et de volailles élevées naturellement.

Compte tenu de la hausse des prix des aliments et des recommandations faites par les spécialistes de la santé, moins de viandes seront consommées, mais celles-ci devront être de meilleure qualité, sans hormones et sans antibiotiques.

- Favoriser l’achat local.

« Plusieurs enquêtes le démontrent : les gens souhaitent de la traçabilité, savoir où et comment un produit est fait. L’industrie s’ajuste à la demande. Voilà pourquoi les certifications Aliments du Québec et Aliments préparés au Québec sont si populaires », rappelle la nutritionniste.

- Miser sur une liste d’ingrédients naturels.

À la pureté des composantes s’ajoute un intérêt marqué pour une liste courte d’ingrédients. Les entreprises s’emploient à mettre sur le marché des aliments contenant moins d’additifs, parce que le client veut acheter des produits qui ressemblent à ce qu’il pourrait cuisiner à la maison.


Quatre modes alimentaires chez les consommateurs :

Rechercher des aliments sans gluten.

« Attention ! prévient la spécialiste. Seulement 1 % des personnes sont atteintes de la maladie coeliaque et de 3 à 4 % présentent une hypersensibilité. Les produits sans gluten sont souvent plus chers et leur indice glycémique est généralement plus élevé. » 

- Consommer du beurre de noix de coco.

S’il s’agit d’un gras saturé, son métabolisme est distinct et il peut contribuer à la perte de poids. Chez les adeptes du conditionnement physique, le beurre de noix de coco est très prisé, mais la fondatrice des cliniques Kilo Solution évoque qu’il ne faut pas le considérer comme une panacée pour autant.

- Faire son épicerie sur Internet.

Au Québec, plus de sept milliards de dollars ont été dépensés l’an dernier sur le net. Le secteur de l’alimentation ne compte pourtant que pour 1 % du total des achats. « Mais le commerce électronique gagne du terrain », confirme Mme Huot, qui cite en exemple l’augmentation des ventes des paniers Équiterre.

- Cuisiner des aliments livrés à domicile.

De plus en plus de consommateurs optent pour la livraison à domicile d’aliments prêts à être cuisinés. Sur commande, cette nouvelle clientèle composée de gens pressés reçoit une recette accompagnée d’un ensemble d’ingrédients dont ils font eux-mêmes l’assemblage.


Cinq nouveautés sur nos tables :

- Les courges et courgettes en guise de remplacement des pâtes alimentaires.

- Le chia

- Le quinoa

- Les petits fruits nordiques tels que la camerise, les airelles et les baies d’argousier.

- Les mets à haute teneur en protéines. 


Cinq aliments en perte de vitesse :

- Les féculents tels que les pâtes et le pain

- Les produits laitiers, substitués par des boissons végétales

- Le gluten

- De façon générale, les aliments très sucrés

- Le bœuf et les charcuteries


Cinq mythes à combattre :

- Le gluten est toxique.

La nutritionniste insiste : à moins d’avoir reçu un diagnostic de maladie coeliaque, ce qui touche une infime partie de la population, il n’y a aucune raison de fuir les aliments qui contiennent du gluten. Il suffit d’ailleurs de lire les étiquettes pour voir par quels ingrédients le gluten est remplacé pour déchanter…

- Prendre du jus de citron dans de l’eau chaude le matin fait maigrir.

« Il n’y a rien de plus faux ! » assure Isabelle Huot. Ce genre de mythe a la couenne dure. Pour perdre du poids, il n’existe pas de recette miracle. Même chose pour les jus verts censés éliminer les toxines dans l’organisme. »

- Manger entre les repas fait engraisser.

Tout dépend de ce que l’on consomme. Quelques noix et un morceau de fromage constituent évidemment un meilleur choix qu’une viennoiserie ou un sac de croustilles. Il demeurera par ailleurs toujours préférable de prendre une collation que de s’en priver et d’ingérer des repas très copieux.

- Les produits laitiers accentuent les problèmes d’arthrite.

« Les études tendent à démontrer qu’au contraire, les produits laitiers ralentissent la progression de l’arthrite », fait valoir l’experte. 

- Les trois « P » représentent la cause de la prise de poids.

Les pommes de terre, les pâtes et le pain ne seraient pas plus responsables du gain pondéral qu’une multitude d’autres aliments : tout est une question de quantité ! 


 

PUBLICITÉ
X
читать дальше

old school coleman cooler